Des gouts et des couleurs...

Livres, Musique, Ciné, DVD, Expo... Mes coups de coeur et mes coups de gueule !!!

16 novembre 2008

Bertrand Cantat, artiste ou criminel ? Le web s’en mêle

Le vent l'emportera

Un artiste a-t-il le droit d’être un salaud? Un chanteur, a fortiori célèbre, peut-il se démarquer d’un crime qu’il a commis jadis? Vaste question, qui colle aux basques dès que l’on s’intéresse au phénomène tout récent — trois jours à peine — suscité par le retour via Internet du groupe de rock français Noir Désir. L’histoire est connue.

1278564076_smallAlors, Bertrand Cantat, chanteur de Noir Désir, artiste ou assassin? De cette accusation, il a eu à répondre devant la justice lituanienne. L’homme a purgé sa peine. Il est aujourd’hui en liberté conditionnelle. En 2011, la durée officielle de sa peine aura pris fin. Pour de bon. Si d’ici là tout va bien.

Chanteur, Bertrand Cantat l’était de métier, avant son incarcération. Rien ne stipule qu’il ne puisse plus recouvrer son ancienne activité. Quel est le problème, alors? Car problème il y a. Ou plutôt malaise. Du moins pour nombre d’internautes — français pour la plupart — s’écharpant gaillardement par forums web interposés.

L’essentiel des débats tient à une question: au vu de son passé criminel, Bertrand Cantat peut-il décemment reprendre du service à la tête de Noir Désir? Il y a les pour et les contre, forcément. La majorité des commentaires glanés sur les sites web des principaux quotidiens français (Le Parisien, Le Journal du Dimanche ou encore Le Monde) sont symptomatiques d’une tendance propre à notre époque (lire ci-dessous): faire justice soi-même. Avec un petit «j».
Où le fantôme de la guillotine fricote avec la notion élastique de «respect». Où le plaisir immédiat de la musique prend parfois des airs indécents.

«C’est inacceptable. Pour la famille Trintignant, en tout cas…», plaide cet internaute. Plus loin, «Noir Désir est mort avec Marie Trintignant». Déclaration sans appel qui côtoie des commentaires plus terre à terre: «Difficile de télécharger les titres. Le site du groupe est au bord de l’explosion.»

Sur la Toile, chacun a sa morale. «Le silence serait un engagement plus fort», dixit un visiteur, qui admet avoir écouté les nouveaux morceaux… Même idée, autre couleur: «Quand on prétend donner des leçons, on donne l’exemple. En attendant, on la ferme.» Tout cela, dans le fond, ne serait-il pas qu’une «indignation fantasmagorique qui n’a pas lieu d’être»?

Tonalité idéologique, enfin, capturée sur lemonde.fr: «les bobos frémissent d’aise au retour de Cantat» lance un internaute. Réponse: «Allez écouter les relents fascisants de Sardou». Droite, gauche, droite… Plaies et bosses. Les morts sont enterrés, les vivants s’étripent. Ça finira bien par passer.

Posté par va33 à 18:02 - Actualité - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    En fait de débat, le gros des intervenants occulte la question artistique, pour refaire encore et encore l’histoire du drame.

    Posté par Fred, 16 novembre 2008 à 18:06
  • Gagnant-Perdant

    Gagnant-Gagnant

    Posté par Pierre76, 16 novembre 2008 à 18:07
  • artiste /homme

    Superbe ton billet !! précis , concis argumenté !! bravo !! pour ma part , je distingue l'artiste de l'homme : j'ai toujours aimé et j'aimerais toujours Noir Désir !!!

    Posté par jean-philippe, 18 novembre 2008 à 18:53

Poster un commentaire